êtreté

Site de Dayana

 

 

 

 

 

Recueil de textes  :

 

www.consciencepure.net

 

Êtreté c'est notre véritable nature, c'est le "Je suis" absolu et unique.

C'est la conscience pure qui est toujours, permanence.

Il est possible de se réaliser Êtreté lorsque le mental se tait,

Le mental se tait lorsque la conscience se désintéresse de ce qu'il raconte.

Ce désintérêt survient en observant les certitudes, les croyances et en les mettant en doute. Ceci  révèle leur identité illusoire et permet donc de s'en détacher

 

 

 

 

Tant qu'il n'est pas vu que c'est le "moi" qui est la source de toutes les souffrances, l'égo perdure.

 

NB: Le "moi", c'est à dire la croyance en la pensée "je suis un individu séparé"

invitation à regarder, écouter

 

Il y a une différence totale, radicale, aux antipodes, entre regarder, écouter et réfléchir.

Très souvent on les confond. Le regard et l'écoute sont le prolongement direct de la conscience que nous sommes, ils s'adressent à l'immédiateté vécue. La reflexion, comme son nom l'indique, est reflet dans le mental, elle fait appel au pouvoir analytique du mental, c'est à dire à l'analyse de données mémorisées et non directement vécues. Le regard, l'écoute font appel au réel; la réflexion, elle, à l'imaginaire.

C'est par la conscience et donc le regard et l'écoute que l'investigation pour retrouver le réel est possible et non par la réflexion.

 

 

 

CHEMINEMENT:

 

Il y a le Divin et moi

Il y a du divin en moi.

Il y a la conscience et moi

La conscience est en moi.

Je suis consciente.

Je suis conscience individuelle.

Tout est conscience.

Je est Conscience!

Je suis, Conscience.

 

la réalité de ce que nous sommes

 

 

Il est impossible d'être autre chose que ce que l'on est.

Qu'on le reconnaisse ou pas, on est Cela, Conscience et ce,sans discontinuité.

On "fonctionne" de cette conscience que l'on se vive dans la séparation égotique ou pas. 

Même lorsqu'on a l'impression d'être coupé de  soi-même, d'être confus ou malheureux, on le vit parce que la concience que l'on est le perçoit, l'éclaire et lui donne vie.

C'est parce que toute son attention (conscience) est fixée sur le phénoménal que l'on oublie qu'on en est la Source, le contenant immuable.

Dès lors qu'on commence à se rappeler qu'on est ce qui perçoit, l'intérêt se déplace vers le sujet "conscience témoin" et va progressivement permettre de réaliser (retrouver) la réalité de ce que l'on est. Les phénomènes sont alors restitués à leur propre autonomie, les états qui s'ensuivent reflettent paix, quiétude et douce joie. Ces états sont le reflet de notre véritable identité, ils en sont la conséquence, l'effet secondaire.

Que se passe t'il vraiment là, en cet instant ? Quelle est la réalité ? .............. Des questions équivalentes à "qui suis-je?"

 

 

 

Le contenu de la pensée est il réel?

 

 

La pensée est une perception mais ce n’est pas la seule. Tous les sens donnent lieu aussi à des perceptions spécifiques.

A travers les conditionnements, la pensée est placée prioritaire par rapport à toutes les autres perceptions. De ce fait, elle se surimpose aux autres perceptions renforçant l’idée que ce qu’elle dit est réel.

 

Si le contenu d’une pensée est vrai, il  est non dépendant de la pensée, il fait partie du vécu, il existe même si la pensée n’est pas là.  Il est donc « vérifiable »

 

Pour  voir  cela, il suffit  de comparer ce que dit la pensée avec ce qui se passe, ce qui est en dehors de la pensée.

 

Ainsi, si le contenu ne se retrouve pas quand la pensée n’est pas là, il s’agit d’une construction uniquement de la pensée, sans autre support, c'est donc un rêve.

 

Pourquoi ?

 

La nuit au cours des rêves, c’est le même mental que celui de la journée qui est en action. Seules les « formes pensées », les contenus de la pensée sont différents mais c’est le même type de perception.

Le matin, en se réveillant, il est évident que la pensée nocturne était un rêve. De façon immédiate se reconnaît l’irréalité du contenu de ces pensées c’est-à-dire l’absence de support vécu au contenu de la pensée nocturne.

 

Il en est de même avec ce que dit la pensée diurne en l’absence de support vécu.

 

 

 

 

 

 

Il y a films dans le film.

Plus "Je" délaisse les pensées plus J'abandonne les films,

Plus "Je" délaisse la  pensée plus J'abandonne le film

et il reste ce que "Je" suis.

 

 

 

La fin du rêve d’individualité est juste de voir, de réaliser que le moi est une image de soi, donc juste une pensée qui s’approprie le corps et le mental.

 

 

Le sens du moi est fait de l'image que l'on prend pour soi et qui se traduit dans la sensation par de la tension.

La croyance agit comme un mouvement qui tend à concrétiser dans le vivant le rêve. Cela se fait par un décalquage des contours de l'image rêvée par une plume énergétique qui fabrique de l'énergie dense bloquante: la tension.. Ainsi la tension reproduit les contours de l'image rêvée dans le vivant renforçant l'impression de la réalité de celle ci.

Mais on peut constater que dès que le modèle n'est plus regardé, il n'y a plus de repère à ce décalquage, les tensions issues de l'imaginaire s'évaporent. 

 

 

 

 

 

 

Il n’y a pas que le rêve de l’individualité il y a aussi le rêve de la matérialité.

Mais cela va ensemble.

 

La croyance en cela enferme artificiellement  l'instant dans le monde, le cosmos et ses multiples formes conceptualisées.

 

 

 

LA CONSCIENCE N'EST PAS LOCALISEE

 


Il n'y a pas de centre conscient. La conscience "siège" à l'endroit même de la perception en intimité complète avec elle. Croire en un centre conscient maintient un subtil sens du moi même lorsqu'il a été vu que c'est la pensée "moi" qui en est la racine.

 

 

CHEMINEMENT:

 


Le détachement du regard de la pensée

Le détachement du regard des perceptions

Retournement du regard sur lui même.

Radical

 

 

"Je" suis ce qui voit tout ce qui est vu. "Je" est sans identité.

Tout ce qui est vu appartient au film, est géré par le film, nait vit et meurt dans l'instant.

Même le parcours de réaliser tout cela appartient au film.....

 

 

 

 

ACTIVITES PROPOSEES

 

Toutes les activités proposées partent du point de vue impersonnel de la conscience, de l'Unité que nous sommes.

 

 Formes d'activité proposées :

 

Séances individuelles,

Blog, réponses

Conférences 

Rencontres en soirée,

Journées méditation-connaissance de soi,

stages, retraites de 2j ou plus en grand groupe.

 

 

 

 

 

DONS:

 

 

Les activités proposées sont rémunérées sous forme de donation libre (sauf exception).

 

 

il s'agit de mon travail, vos rémunérations sont mon salaire.

 

Pour ce faire rendez-vous à la page donation du site. Merci

 

 

 

 



 

Conscience individuelle, conscience collective, conscience globale, conscience impersonnelle: c'est chaque fois la même conscience. Seule et Unique Conscience. La différence s'adresse à "la forme" conscientisée, c'est à dire à conscience de l'individu, de la collecivité, de la globalité et de  l'absence de forme.

La nature propre de la conscience est toujours la même quel que soit ce qu'elle contemple.

 

 

 

 

 

 

PROCHAINS RENDEZ-VOUS

 

 

 

 

dimanche 27 avril à l'Espace Vercoeur

 

 

Pour les rencontres suivantes, voir le calendrier

 

 

 

 

 

 

Désolidarisation du film.....

Ce qui est incroyable c’est que cette chose, ce corps-mental que j'appelle moi et bien cette chose change et quand elle change et que je sens qu’elle change hors de tout contrôle je ne la reconnais plus, « je » ne "me" reconnais plus dans cette identification. Cela crée une terrible angoisse : je change sans que je ne puisse rien y faire, je perds les repères du moi connu je suis comme à géométrie variable sans aucun pouvoir dessus, c’est insupportable et en même temps….. c’est l’extraordinaire opportunité pour que je me rende compte qu’il est impossible que je sois cet individu qui change alors que ce n’est pas moi qui le fais changer !

 

 

 

 

 

 

 

Lien vers le site-livre:

 

"conscience pure"

 

Recueil de textes de Dayana

 

 

 

 

 

 

 

Il n'y a aucun personnage qui vaille la peine d'être vécu.

Car aucun personnage ne pourra jamais ni aimer ni être aimé.

Ce n'est que lorsqu'il s'éclipse que l'amour toujours présent se reconnait et se vit pleinement.

Ceci est vérifiable à chaque instant.