vouloir être présent n'est pas la présence

Commentaires : 6 (Discussion fermée)
  • #1

    Ben (mardi, 18 février 2014 20:42)

    Chère Dayana,

    Je lis dans votre texte

    Le lit de l'ego: le non au réel
    "L'ego est fait des résistances à ce qui est. Son lit est le refus de l'instant présent. Le corollaire du refus est l'attachement à l'instant présent qui se fige alors sur un instantané pour en faire un modèle à suivre et finit donc par générer ensuite le refus de tout autre chose ce qui revient au même."

    Entendez-vous par là que si on tente systématiquement de demeurer vigilant, présent à l'actualité des perceptions qui se présentent, afin de ne pas se laisser distraire, emporter par une imagination débridée, on est dans un modèle à suivre?

    D'autre part le désir de comprendre lui-même n'est-il pas une saisie, "une stratégie" de l'ego pour se rassurer?

    Merci

  • #2

    Dayana (mercredi, 19 février 2014 09:50)

    Bonjour Ben,

    Effectivement.
    Essayer d'être vigilant, présent est issu d'une volonté de contrôle sur ce qui est, donc de la peur du non contrôle. Idem pour le désir de comprendre.
    Etre c'est juste l'inverse: c'est la compréhension qui se révèle d'elle même, c'est la présence qui s'impose et dissout le moi.

    Toute recherche est issue d'un mouvement égotique. Le désir de non recherche aussi.

    A noter, que lorsqu'un mouvement égotique se vit, c'est ce qui est à l'instant.
    Lutter contre, le renforce. C'est un rêve d'identification.
    Le voir, c'est s'en détacher sans chercher à le faire disparaître.
    Le voir est possible car la vision n'est pas une quête, c'est notre nature..
    S'apercevoir que l'on voit est la plus juste perspective de désidentification du rêve au lieu de chercher à voir (qui part du postulat erroné, que l'on ne voit pas et qu'il faut trouver la vision)

    Merci à vous

  • #3

    Ben (mercredi, 19 février 2014 12:11)

    Bonjour Dayana,

    Dans cet ordre d'idées, considérez vous la méditation (ou toute autre approche visant à se libérer de la fascination du mental, comme the Work, par exemple) comme une tentative de fuite ou de contrôle?

  • #4

    Dayana (mercredi, 19 février 2014 12:31)

    Bonjour Ben,

    Pas du tout. Ce n'est pas l'action ou le fait qui sont à mettre en cause mais le moteur duquel ils émergent.
    Lorsque la méditation, l'investigation sont issus d'une volonté personnelle (de changer ce qui est, de vouloir se libérer...) c'est la quête de sécurité de l'égo qui est présente.
    Lorsque la méditation ou l'investigation s'imposent telle une évidence, c'est l'impersonnel qui en est la source.
    Il est facile concrètement de discerner la différence de vécu entre les deux: le 1er est effort, difficulté, tensions,confusion; le second est fluidité, expansion, joie et clarté.

  • #5

    Ben (mercredi, 19 février 2014 15:42)

    Voir que c'est le mental qui crée la souffrance, et de ce fait s'en dégager, est-ce changer ce qui est?

  • #6

    Dayana (mercredi, 19 février 2014 16:31)

    La vision ne change rien, elle voit et c'est tout. Mais c'est à partir d'elle que les phénomènes se positionnent.

    L'instant change sans cesse de forme.

    On ne change pas ce qui est, c'est impossible mais par le biais des croyances on peut vouloir autre chose que ce qui est et du coup générer la réactivité contre ce qui est.

    Cf le 1er petit texte écrit sur la page "projection" du site livre:
    http://www.consciencepure.net/voie-directe/projection/

SITE  LIVRE:

 

"conscience pure"

 

Recueil de textes de Dayana

 


 

Prochaines rencontres

 

Rencontre du 16 au 18 sept

 

prés de st Etienne 

 

autres rencontres: clic ici

INFOLETTRE

 

Pour être informés des rencontres et activités :

Veuillez saisir votre adresse e-mail
pour recevoir notre newsletter!
Adresse e-mail:
Région de résidence:
S'abonner Se désabonner
 

FACEBOOK