chercheur spirituel: un rêve aussi

Commentaires : 3 (Discussion fermée)
  • #1

    Michel Racicot (samedi, 04 janvier 2014 15:27)

    Bonjour ,j ai cessé la recherche comme tel alors que je tente de me détendre ds ce qui EST ou plutôt j attend encore une détente qui serait comme une preuve que j ai compris viscéralement que la souffrance existe comme tel mais que je la cautionne par mes recherches inscessantes.Donc ,ce qui EST en bien ou en mal dans l instant ,il n y a que ça .J ai cru longtemps qu il y avait une cessation de la souffrance ds le futur pour avoir été Bouddhiste .Mais voilà ,j ai une peur atroce du futur car j ai une fille de 12 ans et j ai 53 .J ai un travail horrible comme j ai toujours eu .Pas tres riche .Bref ,j ai des soucis et des angoisses constemment .Je pose mon regard sur ces dilèmes que je devrai résoudre à mesure .Je m efforce à rester dans l instant même si je sais que je devrai poser des actions concretes en temps et lieux.Je regarde donc mes peurs ,mes souffrances ,et je n essaie pas d y voir autre chose car c est ce qui EST.Une part de moi par contre continue de me dire que ça finiras mal et je serai humilié encore comme père .Ces pensées anticipent l avenir malgré moi.Ce sont des pensées fausses mais voilà c est constant .J aimerais bien que ces pensées qui ME sabotent toujours puissent fondre à mesure que je les regardes apparaitres .Donc arrive t il un moment où ces angoisses et ces défis anticipés de la vie me urgent au contact du réel de ce qui EST ds l instant ou dois-je tout inclure sans rien discriminer et faire confiance à l intéligence de CELA à chaque instant et totalement mourir à moi même pour le meilleur et pour le pire?Il me semble que ça prend un courage incroyable .Autrement dit le fait de tout inclure ds l instant ,je trouve que tout s annule et que ça fait aucune différence qu on soit en paid ou non ,que l on soit angoissé ou non car on ne peut Jamari's rien

  • #2

    Michel Racicot (dimanche, 05 janvier 2014 02:10)

    Bref ,pour moi il y a quelque chose de paradoxale car je comprend maintenant que c est pas moi qui atteint quoi que ce soit mais à regarder simplement le jeu de tout ça me donne pas plus de courage alors qu est-ce qui se détend ou qui se réalise ??? C est CELA qui se reconnait alors c est le début de la fin du rêve d individualité comme Betty le dit .Maintenant je ne m attend plus à rien et je regarde mes souffrances ,je les acceillent dans la mesure du possible ,le rêveur continue à s imaginer contrôler la situation .Donc y a t il d autres choses à faire ?Désolé pour les fautes ,c est mon iPad ,je suis pas habitué .Merci

  • #3

    Dayana (dimanche, 05 janvier 2014 16:35)

    Bonjour Michel,


    Vous êtes le regard, la conscience qui voit tout cela et non le personnage, le rêve qui est vu. C’est en réalisant cela au plus profond de soi que la quiétude tant recherchée peut s’installer.
    Le rêve que vous regardez en ce moment est un film dont le titre pourrait être "le chercheur spirituel en fin de quête."
    Ce chercheur a l'impression d'avoir fait le tour de tout, d'avoir compris son impuissance face à plus grand que lui et cherche à se mettre en alignement avec ce qu'il croit avoir compris c'est à dire cherche à observer, respecter ce qui est, se détendre etc... et attend que ce qui est plus grand que lui le saisisse, le comble bref que la grâce lui tombe dessus. Il fait plein d'efforts pour être le plus conforme à cela mais attend en vain, rien n'arrive alors il souffre et est très anxieux (accepter de baisser la tête, de se soumettre pour ne rien obtenir!!).
    Ceci est le rêve que vous regardez.
    C'est souffrant parce que vous vous prenez pour ce personnage (ainsi que pour d’autres appartenant à d’autres films comme le père qui va se faire humilier par sa fille, le travailleur qui a un mauvais travail etc….). Ce n'est pas le film avec ce personnage qui fait problème mais l'identification erronée qui se produit.
    Vous vous prenez pour ce personnage parce que vous le croyez réel et parce que tout ce qu'il vit, dit vous le prenez aussi pour vérité. Tout ce film, ce rêve n'appartient qu'à un seul registre: celui du mental, celui de la pensée.
    Imaginez un instant que vous n’ayez plus d'intellect, que la mémoire ait disparu et que vous ne puissiez plus vous servir de la tête pour réfléchir, interpréter et commenter quoique ce soit. Que deviendrait tout ce que vous avez décrit dans votre post? Que devient votre vécu sans la pensée?

    La désidentification d'avec le rêve se fait en le mettant en doute. Tant que l'on croit que le rêve est réel c'est qu'il n'a pas été correctement observé. Le meilleur moyen est de mettre en doute tout ce qui est pensé, et en particulier, au moins dans un 1er temps, toutes les pensées souffrantes.
    Tous les jugements, les opinions, les commentaires, les impressions, les interprétations sont à mettre en doute.
    La mise en doute de la pensée se fait par observation de ce qui est quand la pensée en question n’est pas là. Si ce qui est correspond à ce que dit la pensée même en son absence, c’est que la pensée pointe vers quelque chose de juste, si en revanche rien n’est retrouvé c’est que la pensée pointe vers elle-même c’est à dire un rêve. La méthode de Byron Katie pour ce type d’investigation est magnifique et très efficace. (cf le lien sur la page adéquate de ce site), je vous la conseille.

    A l’ultime quand le personnage du rêve ne sera plus que dans une nudité totale, peut être totalement dépressif, du fait de cette nudité puisque tout lui aura été ôté, il s’éteindra de lui-même sous le regard de la conscience qui désormais ne pourra plus se prendre pour lui.

SITE  LIVRE:

 

"conscience pure"

 

Recueil de textes de Dayana

 


 

Prochaines rencontres

 

 

 à St Bardoux, près de Valence

 

Weekend des 25 et 26nov

 

 

 

 

autres rencontres: clic ici

INFOLETTRE

 

Pour être informés des rencontres et activités :

Veuillez saisir votre adresse e-mail
pour recevoir notre newsletter!
Adresse e-mail:
Région de résidence:
S'abonner Se désabonner
 

FACEBOOK